Qu’est-ce qu’une drogue ?

On appelle « drogue » toute substance qui modifie la perception des choses, la façon de ressentir des émotions, la manière de penser ou de se comporter. La drogue est une substance chimique, biochimique ou naturelle qui est capable d’altérer une ou plusieurs activités neuronales et de perturber leurs communications. Certaines drogues peuvent engendrer une dépendance physique ou psychique, des réactions physiologiques et des modifications de l’état de conscience de l’individu étant sous leur emprise. Ces substances peuvent provoquer des perturbations physiques ou mentales. Les drogues sont des substances illégales et interdites sous peine d’emprisonnement et d’amende. Ces sont des substances dangereuses pour la santé pouvant entraîner de graves complications voire la mort du consommateur.

Les consommateurs de drogues injectables comptent parmi les populations clés les plus exposées au risque de contracter ou de transmettre le VIH. Pourtant, ce sont aussi ceux qui ont le moins accès aux services de prévention, de soins et de traitement du VIH, car leur consommation de drogues est souvent stigmatisée et criminalisée.

Les outils et les stratégies requis pour améliorer la santé et la vie des consommateurs de drogues sont bien connus et facilement disponibles. Les programmes aiguilles-seringues diminuent la propagation du VIH, de l'hépatite C et d'autres virus véhiculés par le sang. Le traitement substitutif aux opiacés et d'autres formes de traitement de la dépendance aux drogues éclairées par des données probantes permettent de limiter la consommation de drogues, de réduire la vulnérabilité aux maladies infectieuses et d'améliorer le recours aux services sanitaires et sociaux.

L'impressionnant corpus de preuves de l'efficacité de la réduction des risques, notamment dans les prisons et d'autres structures fermées, forme la base d'un ensemble complet d'interventions recommandées par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) pour prévenir la propagation du VIH et réduire les autres risques associés à la consommation de drogues. Malgré tout, peu de pays ont atteint une couverture suffisante des services de réduction des risques.

Les effets de ces drogues sur l’organisme

Si les drogues apportent bien souvent du bien-être à leurs consommateurs, on ne peut ignorer leurs effets dévastateurs sur la santé.

  • Le tabac est responsable aujourd’hui de nombreux cancers notamment de la gorge, du poumon ou de la langue.
  • L’alcool, consommé de manière régulière et en forte quantité peut, tout à la fois détruire les cellules du cerveau, diminuer l’acuité visuelle, perturber le transit alimentaire voire engendrer des cancers de l’œsophage. Responsable de l’hypertension artérielle l’alcoolisme peut également provoquer de nombreuses maladies du foie, du pancréas ou de l’estomac.
  • Les opiacées, cannabinoïdes, amphétamines, substances psychoactives ainsi que la cocaïne ont des effets divers. On constate ainsi chez les consommateurs de ces drogues des problèmes sexuels et de fertilité, des problèmes cardiaques (infarctus ou crises cardiaques), des états dépressifs, des cancers du poumon, des problèmes de vue et d’audition, etc. Certains consommateurs contractent même des maladies telles que le SIDA ou des hépatites. Les effets de ces drogues sur le cerveau sont si puissants qu’ils peuvent conduire à des troubles mentaux irréversibles.
  • Les psychotropes peuvent avoir des effets particulièrement négatifs sur l’organisme. De fait, nombreux sont ceux qui ne suivent pas les prescriptions à la lettre et qui prennent ces médicaments à la moindre anxiété. Aujourd’hui, 4 millions de Français prennent ce type de médicaments de manière régulière alors que les traitements ne doivent être que ponctuels. Plus ces médicaments sont pris longtemps, plus il difficile d’arrêter de les prendre. En période de sevrage, l’anxiété et le mal-être sont d’autant plus importants que le corps s’est habitué. En cas de surdosage, là encore ces médicaments sont dangereux. On constate des risques de problèmes d’hypertension artérielle, d’accidents vasculaires, d’infarctus, mais aussi d’automutilation voire de suicide.

Actuellement, 1 jeune sur 4 consommerait du cannabis en France. Les effets de la drogue sur les jeunes sont d’autant plus dangereux que leur croissance n’est pas achevée. Ceux-ci varient considérablement d’un jeune à l’autre. Toutefois, on peut citer :

  • L’échec scolaire,
  • L’isolement et inhibition,
  • La perte des apprentissages,
  • La déscolarisation,
  • La vulnérabilité psychiatrique,
  • Le désinvestissement général.